• Journées du patrimoine samedi 15 et dimanche 16 septembre 2018 : ouverture de l’église le samedi de 10h à 16h, le dimanche de 10h à 13h.

Journées du patrimoine 15 et 16 septembre 2018

ouverture de l’église le samedi 15 de 10h à 16h et le dimanche de 10h à 13h

Eglise Saint-Martin

Le chevet de l’église, sous le vocable de saint Martin, est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 21 décembre 19255, et la chaire à prêcher en pierres taillées est classée au titre « objet » le 29 mars 19716.

Bien que le patronage de Martin de Tours suggère une paroisse fondée aux temps mérovingiens, l’église ne comporte aucune trace de construction antérieure au XVe siècle. Son plan initial comprenait une nef unique non voûtée précédée d’un clocher-porche de plan barlong et un chœur rectangulaire orienté Est/Sud-est, proportionnellement assez vaste, plus élevé que la nef, et à chevet plat. La travée du clocher et le chœur sont voûtés sur arcs ogivaux; les piliers et les colonnettes supportant les arcs ne comportent aucun chapiteau, formant un mouvement continu de la base à la clef. Le chœur est élégant, la travée du clocher montrant un art moins assuré. Le chevet comporte une large baie à arcs brisés dont le décor gothique flamboyant forme des fenêtres géminées. Un portail du même style donnant primitivement accès à l’église dans le mur sud du clocher a été muré. De puissants contreforts cantonnent le chœur et le clocher.

Une campagne de travaux à la fin du XVIIIe siècle ouvre un portail à arc surbaissé dans le mur ouest du clocher (porte datée 1787), actuellement précédé d’un porche large et rustique ouvrant au sud, et édifie deux étroits bas-côtés séparés de la nef par des arcs en plein cintre formant deux travées (août 1789). Une chaire en pierres sculptées de style baroque est édifiée en 1791 à l’angle nord-est de la nef; de forme demi-hexagonale, elle est ornée de guirlandes de feuillage, et dans son panneau central d’un bas-relief représentant le don par Saint Martin de la moitié de son manteau à un pauvre d’Amiens transi de froid; le pauvre ne se voit plus, ayant été bûché en 1794 par le prêtre constitutionnel de la paroisse converti au culte de l’Être suprême. La nef et les bas-côtés sont voûtés en berceau d’août à octobre 1892. L’édifice comprend également un petit baptistère pris entre les contreforts nord du clocher, et une sacristie, probablement construite en même temps que les bas-côtés, prise entre les contreforts nord du chœur. Les vitraux sont contemporains, dont une série de quatre fermant les fenêtres des bas-côté, qui traitent différents thèmes de la vie de saint Martin de Tours, sont datés de 1912. Au cours d’une campagne de rénovation survenue en 1993, un nouveau maître-autel en pierre est installé dans le chœur en conformité avec la liturgie du concile Vatican II, et l’ancien maître autel datant de 1872 est déplacé et rebâti dans le collatéral nord. Ce nouvel autel est consacré par le cardinal Pierre Eyt le 5 décembre 1993.

L’église présente extérieurement un aspect austère, ayant pour seules décorations la baie flamboyante du chevet et une moulure courant sur le soubassement des constructions du XVe/XVIe siècle. Cette baie et le portail d’entrée mis à part, toutes les ouvertures sont arquées en plein cintre. Ses dimensions intérieures sont de 22,50 mètres du portail ouest au mur du chevet, dont 8 mètres pour le chœur, sur une largeur de 5,75 mètres pour les travées du chœur, de la nef et du clocher. Les dimensions de la nef sont de 10 mètres d’est en ouest, et de 12 mètres du nord au sud avec ses bas-côtés.

 

MONUMENTS AUX MORTS

Faisant face à l’entrée du porche de l’église, le monument pour les morts de la Première Guerre mondiale est érigé en 1920. Il figure est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Deux marches supportent le socle, de plan rectangulaire, formé de deux étages parallélépipédiques reliés par une doucine renversée et d’une pyramide tronquée. Un bloc en forte saillie forme la corniche de la pyramide tronquée et sert de base au groupe statuaire qui couronne le tout. Le socle porte sur sa face avant l’inscription « Aux enfants de Samonac morts pour la France 1914-1919 », et sur ses faces latérales 21 noms de jeunes hommes; la face arrière porte en inscription 1939-1940 et deux noms. La base avant du socle est également inscrite d’une dédicace « Aux morts en Algérie Maroc Tunisie 1952-1962 », conflits pour lesquels la commune n’a déploré aucun mort. Le monument est surmonté d’un groupe animalier, allégorie de la victoire sur l’Empire allemand, représentant un coq terrassant un aigle; un obus fiché dans le sol en avant des deux oiseaux, et, derrière eux, un casque à pointe renversé sur le sol et un tronc de chêne mutilé reverdissant viennent appuyer l’allégorie. L’œuvre est signée E.Raoul, sculpteur oublié.

 

Vous aimerez aussi...